Les aimants

Sofia Queiros pour Marie Tijou, deuxième volet, mai 2016

Sur la promenade, sous les tilleuls
comme Arthur à 17 ans un mouchoir de dentelle
au sol
ils se sourient, s’enlacent et s’embrassent
sous le cognassier allongés
les fleurs des champs des sarments
des serments d’éternité
des mains qui se tiennent et qui se donnent
nous allons fière allure rayonnants
l’autre encore un mystère à notre portée à s’éloigner
et nous de le retenir encore et encore de nos poignes fortes
de mélanger nos chaleurs humaines nos rus intérieurs
nos cœurs palpitants
nous oscillons entre béatitude et souffrance
entre soie et ortie
d’un seul regard de vie ou de mort l’autre se tord d’amour
ou de haine se déchaîne
il est grand temps de fuir dit l’un de prendre le large dit l’autre
ou de se lier
de vivre notre vie.

Ensemble de gravures imprimé à l’Atelier des Beaux-arts, École d’arts plastiques de Poitiers.